jeudi 8 août 2013

Envie d'être une abeille... ?

Néonicotinoïdes, troubles des abeilles et durabilité des services des pollinisateurs - tel est le titre d’un article de presse publié en juin de cette année (cf. lien en-bas de page).


Les auteurs décrivent les effets de ces pesticides systémiques utilisés dans plus de 120 pays sur plus de 1'000 différentes cultures depuis à peine 20 ans.

Pour vous donner un avant-goût : En tant qu’enrobage de la semence, seulement 1.6-20% de la substance active entre dans la plante pour la protéger tout au long de sa croissance. Les 80-98.4% restantes ne servent pas à lutter contre des ravageurs quelconques mais s’accumulent dans l’environnement.  

La plupart des néonicotinoïdes est  extrêmement persistant dans le sol (par exemple : Clothianidine a une demi-vie dans le sol qui se situe entre 148-6900 jours – je vous laisse faire le calcul en années…) ainsi que dans l’eau et les sédiments.

Une période de suspension de 3 ans sert-elle alors à quelque chose (cf. article du 29.04.13 sur ce blog)?

La large application de ces produits et cette persistance leur donne le potentiel d’être absorbés par les cultures futures et les plantes sauvages et, par translocation au pollen et au nectar, les rendent disponibles aux pollinisateurs à des concentrations sublétales presque tout au long de l’année. Des troubles de mémoire, d’apprentissage, de butinage, de développement larvaire et du couvain ainsi que des dommages au système nerveux central en sont les conséquences…

Pour en savoir plus, suivez le lien :

Jeroen P van der Sluijs, Noa Simon-Delso, Dave Goulson, Laura Maxim, Jean-Marc Bonmatin and Luc P Belzunces.
Current Opinion in Environmental Sustainability 2013, www.sciencedirect.com

Photo trouvé sur le site: www.planetesante.ch

Bonne lecture!

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire